Biographie


 

madame-mangue

Elle est née le jour au Charlie Chaplin est mort….
On ne remplace pas Charlie Chaplin. Mais entrer dans la grande famille de ceux qui prennent du plaisir à en donner au public, ce sera çà. Ça ressemble à l’amour…


Vers trois ans, elle pose un doigt sur une touche du piano de la maison. C’est beau. Puis la touche à côté. C’est beau, mais pas pareil. Chanter aussi c’est bien, encore différent…
De la musique classique, des chansons, maman au piano, voilà ce qu’on entend dans sa maison d’enfance. Alors la musique c’est d’abord sérieux au conservatoire, puis elle respire dans les groupes lycéens, aux Class Rock avec les copains…


Piano, flute, guitare, basse, saxophone, mélodica, kayamn, percussions, elle y touche (aux dernières nouvelles, violoncelle) avec curiosité et bonheur, mais elle garde une prédilection pour la guitare nylon, et surtout… la voix, sa voix, sa voie ? Aux possibilités qui semblent infinies…


Elle a connu des groupes de Rock, Funk, Jazz, un duo franco-créole, accompagné un koriste guinéen, un ensemble de l’océan indien, chanté dans une vingtaine de langues. Elle passe par les états Unis, « hello Boby Mc Ferrin, don’t worry, be happy… » Comédienne aussi avec la compagnie du Lézard elle participe à 7 spectacles de la compagnie de la Lozère aux Alpes de Haute Provence. Anne-Lise est une touche à tout…


Elle chante et interprète, mais elle compose aussi, paroles et musique, son propre répertoire. Le haut de l’iceberg de ses compositions, elle en fait un CD. Adepte du yoga, de l’escalade, du parapente, de la danse verticale elle aime que ce univers se rencontrent.


Cette fusion est présente dès son premier album, « poésie du vertical » et dans son premier clip « l’air du temps » en plein ciel, elle danse dans un tissu, comme dans un rêve… Danser sous un parapente ? Danser dans le ciel … Qu’importe la performance technique ou la prise de risque, pour cette enfant de poèmes, c’est le côté onirique de cette vision qui fait sens.

proceed-down